12.05.21

La loi allemande sur le climat met en péril l’approvisionnement électrique de la Suisse

«Les importations prévues ne peuvent plus être prises en compte de manière fiable»
Le Forum nucléaire suisse estime que la nouvelle révision de la loi allemande sur la protection du climat menace, une fois de plus, la sécurité de l’approvisionnement électrique suisse. On ne peut raisonnablement plus compter sur les importations d’électricité en provenance d’Allemagne. La politique énergétique de la Suisse ne doit donc pas reposer trop fortement sur les possibilités d’importation. Les centrales nucléaires suisses rendent possible un approvisionnement électrique indépendant, et à ce titre, elles resteront indispensables encore longtemps.

La nouvelle loi allemande sur le climat oblige le pays à réduire ses émissions de CO2 bien plus rapidement et bien plus fortement que ce qui était prévu initialement. «Ces objectifs doivent être réalisés notamment grâce à une électrification croissante et massive. L’Allemagne aura donc, elle-même, besoin de courant plus respectueux du climat et en quantité bien plus importante, qui ne sera alors plus disponible en hiver pour les exportations vers ses pays voisins comme la Suisse» explique Hans-Ulrich Bigler, président du Forum nucléaire suisse. À ce jour, l’Allemagne est le second plus gros exportateur de courant vers la Suisse, après la France.

La Stratégie énergétique 2050 de la Suisse prévoit qu’à compter de 2035, donc une fois nos centrales nucléaires arrêtées, les importations d’électricité en provenance de nos pays voisins constitueront une partie essentielle de notre approvisionnement électrique. En moyenne annuelle, à partir de cette date, il est prévu que 17% du besoin indigène soit couvert par des importations en provenance de l’étranger, et même davantage durant le semestre d’hiver. Or l’Allemagne prévoit d’avoir réduit ses émissions de CO2 de 88% cinq ans plus tard. «Cela signifie qu’au plus tard en 2040, nous ne pourrons plus compter de manière fiable sur la fourniture de courant allemand», conclut M. Bigler.

Le Forum nucléaire suisse doute de la disponibilité des importations de courant en provenance de l’étranger, sur lesquelles compte le Conseil fédéral. En effet, nos voisins souhaitent, eux aussi, réaliser leurs objectifs climatiques, sortir des énergies fossiles, et misent pour cela sur davantage d’importations pour pouvoir couvrir leur besoin en électricité. Selon Hans-Ulrich Bigler, «si tous les pays comptent sur des importations de courant en provenance de leur voisin, cela ne fonctionnera pas». «Il n’existe actuellement aucune alternative à l’exploitation sûre de nos centrales nucléaires aussi longtemps que possible pour garantir notamment une énergie de ruban fiable.»

Contexte
En vertu d’une décision de la Cour constitutionnelle fédérale du 30 avril 2021, le gouvernement fédéral allemand était tenu d’améliorer sa loi sur la protection du climat. Le pays s’est ainsi fixé comme objectif de réduire de 65% ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990. Jusqu’à présent, il était question de 55%. Le bilan actuel s’établit à 40%. Le chiffre de 88% doit être atteint d’ici à 2040, et la neutralité carbone est visée à l’horizon 2045, et non plus 2050.

Contact: 

Contact:
Stefan Diepenbrock, chef de la communication, stefan.diepenbrock@nuklearforum.ch
Matthias Rey, Media Relations, matthias.rey@nuklearforum.ch
 
Forum nucléaire suisse, Frohburgstrasse 20, 4600 Olten
Tél.: 031 560 36 50